Lysandre. Quand le prêt-à-porter devient haute-couture

Née en Chine, Minhua Guo Lenoir a grandi dans un petit village niché entre mer et montagne. À son arrivée à Paris, elle entre directement en deuxième année de stylisme de mode au studio Berçot. Après quelques années de collaboration avec Olympia Le Tan, elle lance sa propre marque : Lysandre.

Bonjour Minhua, tout d’abord merci d’avoir accepté cette interview pour Meet le Mag.

1 – Vous êtes la créatrice de Lysandre Paris. Dites-nous comment est née votre envie de créer votre propre marque ?

Après mes études au studio Berçot à Paris, j’ai commencé à travailler chez Olympia Le Tan. De là, est née mon envie de créer des sacs. J’ai donc commencé, en parallèle, à concevoir mes propres modèles de sacs. C’est en parlant avec les clientes que je me suis rendu compte que mes créations plaisaient et qu’il y avait une vraie demande et cela m’a donné confiance pour me lancer. Mais c’est surtout ma rencontre avec Catherine Deneuve qui a tout changé. Elle a adoré mes sacs et m’a immédiatement acheté un modèle. Ce jour-là, j’en ai pleuré de joie…

2 -J’ai pu voir dans votre biographie, mais aussi dans la description de ce qui fait l’identité de Lysandre, que la famille joue un rôle important. La naissance de votre fils paraît être, d’ailleurs, le déclic à votre évolution artistique. Comment arrivez-vous à transmettre ces valeurs qui vous sont chères au travers de vos créations ?

Ma mère est couturière et j’ai commencé à travailler avec elle depuis mes 5 ans. Je l’aidais à créer et fabriquer les vêtements pour mon père. Dans le village où j’ai grandi en Chine, il y a beaucoup d’ateliers qui fabriquent les tissus haut de gamme pour le marché européen. Ma mère prenait les chutes de tissu et me les donnait pour que je puisse créer.
Cette habitude m’a formée pour mes choix de matières et désormais, je ne choisis que la qualité, du 100 % soie uniquement par exemple. Je me fournis également en dentelles chez Solstiss (dentelier de Chanel).

3 – Vos imprimés, vos broderies cousues main, mais surtout vos sacs sont très inspirés de vos origines chinoises. Comment choisissez-vous les motifs qui vont donner le fil conducteur de vos créations ?

Mon inspiration part du vintage que je mixe avec mes origines. Je considère la création des motifs comme une illustration. Ma formation auprès de Monsieur Pierre Le Tan m’a beaucoup inspirée.
Ma chance est que je bénéficie d’une double culture. Mes origines chinoises et ma vie avec un français me permettent de conserver une tradition culturelle et d’aller dans l’avant-gardisme créatif.

4 – Vos sacs sont conçus comme des œuvres d’art, vous avez d’ailleurs participé au Luxembourg Art Prize 2020 et reçu les encouragements du Jury. Comment sont fabriquées ces pièces uniques ?

 

Les images sont choisies par moi exclusivement. Les broderies sont issues d’une technique ancienne et ancestrale en Chine et je tenais à conserver ce patrimoine et à le transmettre pour que cela ne se perde pas. Cette technique permet d’avoir un motif identique des deux côtés sans voir les nœuds. Je collabore aussi avec une brodeuse qui a suivi une formation dans les ateliers Lesage.

FANTASY-clutch-106-AW195 – Votre atelier est situé Place Vendôme et vous défilez lors de la fashion week de Paris. Vous faites partie des créateurs vendus par le concept store de luxe Dreem basé dans le quartier de Soho à New-York aux côtés de Yohji Yamamoto, entre autres. Que pouvons-nous vous souhaiter pour la suite ?

Je travaille beaucoup pour que Lysandre accède à la haute couture. J’aime tellement créer des modèles et je souhaite personnaliser chacun d’entre eux au maximum. Partir de l’envie d’une femme pour un modèle et le rendre possible tout en sublimant sa propriétaire est une réelle motivation pour moi. Avec les robes de cocktail par exemple, je peux exprimer tout mon art, aussi bien visuellement avec les motifs que techniquement avec les broderies. C’est pour ça que j’ai lancé les sacs qui sont des pièces uniques exclusivement. Nous devions présenter nos sacs lors de la dernière fashion week haute couture de juillet 2020, mais avec la Covid, nous devrons patienter jusqu’à juillet 2021.

Merci beaucoup Minhua pour votre gentillesse et longue vie à Lysandre Paris.

Site internet : https://fr.lysandreparis.com/

Instagram : https://www.instagram.com/lysandre.paris/

Facebook : https://www.facebook.com/lysandreparis

CREDIT PHOTO CHARLY HO

 

 

Interview de CAROLE ARRIBAT

Leave Your Comment

Your email address will not be published.*