ARY ABITTAN
« My – Success – Story »

ary-abittan-meetlemag

On ne présente plus Ary Abittan… Son air malicieux, son regard de beau gosse méditerranéen et ses vannes, qui fusent à toute vitesse, l’ont fait adorer du grand public dans « Qu’est-ce qu’on a fait au Bon dieu ? », plus gros succès comique de l’année 2014. Pourtant rien ne prédestinait ce petit banlieusard à monter sur les planches et enchaîner les tournages… Conte de fées moderne, sa vie commence en vendant des clémentines sur le marché de Sarcelles, passe par la case chauffeur de taxi, tout comme papa…  pour finir étoile montante des humoristes français ! Ses premières classes, il les a faites directement au contact de ses clients, sur la banquette arrière de son taxi en leur faisait écouter les sketchs qu’il écrivait déjà pour leur faire croire qu’ils passaient sur « Rire et chansons »… L’école de la vie et ses premiers stages de théâtre lui ont fait prendre conscience de son talent.

 

Car Ary Abittan est un homme déterminé, déterminé à faire rire, un pouvoir qu’il entretien savamment au rythme des ses rencontres et des ses aventures.

 

En décembre 2019, on retrouvera ce quarantenaire bourré d’énergie pour son spectacle « My Story ». Succès en 2018 à la Cigale, il remet ça sur la scène de l’Olympia. Une heure et demi de blagues et de mots d’esprit tirés de son parcours personnel, aux allures de thérapie collective hilarante. Famille, divorce, angoisse de l’avion, vous saurez tout sur Ary Abittan.

 

D’ailleurs, les premiers instants du show annoncent la couleur. « Mon spectacle, c’est comme aller chez le psy, sauf que c’est vous qui payez ! »… Rire général et généreux. A la sortie, le moral des spectateurs est remonté à bloc, les zygomatiques épuisés d’avoir trop ri. Interview avec un magicien de l’humeur…

ary-abittan-mbw 

Bonjour Ary. Dans ce spectacle, vous avez soigné votre entrée. C’est vous qui avez choisi ce côté James Bond avec les murs en transparence ?

En réalité c’est un travail d’équipe, nous avons beaucoup pensé les lumières.  Il ne faut pas oublier que c’est un spectacle avant tout, cela fait partie d’un lot. Même pour les comiques, la mise en scène est importante.

 

En tout cas cela annonce tout de suite la couleur : de l’énergie, la pêche et une bonne ambiance ! Votre spectacle, c’est aussi un moment de fête pour les spectateurs ?

Vous savez, mon objectif est simple : j’ai une heure trente de spectacle et je dois faire rire le public. Et pour ça je me suis servi de sujets personnels qui s’avèrent en fait être très universels.

 

Comment avez-vous écrit et pensé ce spectacle ?

Aujourd’hui on a la chance d’avoir un outil très pratique dans notre téléphone, qui s’appelle «  note ».  Moi je m’en sers énormément ! J’y marque chaque piste [de sketch, ndlr] et chaque piste devient un chapitre qui ensuite peut évoluer ! J’aime vivre ma vie en racontant des épisodes avec beaucoup de drôlerie. J’essaie de noter quelques pensées ou des blagues au rythme où elles arrivent à moi.

 

Pour ce faire, vous vous inspirez de vos « co-auteurs », vos proches, dont la situation évolue d’ailleurs tout comme la vôtre. Je pense à votre papa qui a divorcé en même temps que vous…

Oui, en fait une bonne blague, c’est comme une histoire, on essaie de toujours bien l’arranger. Mais je trouve même que la vie est meilleure que bien des scénarios, il faut savoir en tirer le maximum pour en faire une comédie.

 

Trouvez vous que la nouvelle génération a autant envie de faire rire ?  Est-ce que les armes ont changé ?

Je trouve que l’époque des réseaux sociaux offre plus de facilité pour communiquer . Instagram, par exemple, est une véritable arme de guerre. J’y passe beaucoup de temps,  j’y poste de nombreuses vidéos via les stories notamment, c’est un média parallèle très puissant.

Vous nous faites beaucoup rire quand vous nous parlez de vos angoisses, l’avion, le train… et même la mort !

Les choses se présentent naturellement alors parfois je vais détourner la situation parce qu’elle va m’angoisser. Mais un spectacle vivant, il faut que ce soit dynamique, que ça évolue avec le texte, voilà sa plus grande force !

 

Votre spectacle parle du divorce. Finalement, cette situation est universelle…

Quand j’écris, je relativise. Je sais qu’il y a beaucoup de gens dans le même cas que moi, qui vivent les mêmes choses, et le divorce en fait partie. J’avais envie de partager cela avec des gens qui n’ont pas eu le choix, et de retourner ces choses pas évidentes à affronter pour qu’elles finissent par nous faire rire. 

 

A votre avis, quel est le sketch qui vous a fait vraiment connaître ?

Je ne saurais pas dire. J’avoue que je ne peux pas expliquer à quel moment ma carrière a décollé…

 

Pour moi, c’est le sketch de l’homme jaloux au téléphone, vous vous en rappelez ? (lors du festival de Marrakech en 2012?)

Oui bien sûr … C’est vrai que ce sketch a eu du succès. Il faut dire que j’avais tendance à être très jaloux à cette époque… Ce sketch a finalement beaucoup de profondeur. En tout cas, il m’a aidé à ne plus être cette personne !

 

Quelles sont vos influences en termes de comiques? 

Je ne sais pas trop, je dirais Elie Kakou, surtout lorsqu’il parlait de sa grand-mère ou de sa tante. Il était si bon dans les sujets sur sa famille. Mais après je trouve que l’humour n’est pas à mettre dans une boîte, il faut le temps de le laisser libre aussi.

 

Est ce que vous ressentez l’énergie du public quand vous jouez?  Est-ce très différent du tournage d’un film ?

Ah oui, dans le spectacle vivant l’énergie est immédiate. Après cela dépend du public, l’ambiance est différente selon les villes…mais nous avons un retour instantané ! Alors que quand on tourne un film, il faut attendre un an avant de voir cette énergie émerger, si le film marche ou pas. Ca n’a rien à voir.

 

Votre force, votre énergie, d’où vous viennent-elles?

Je dirais de mon enfance.

 

Si vous deviez vous adressez au gamin de Sarcelles que vous étiez, qu’est ce que vous lui diriez ?

«  T’inquiète pas, ca va bien se passer !… »

Vous allez toujours à gare du Nord, êtes-vous toujours aussi émerveillé par les grands boulevards ? 

Complètement, je suis toujours autant émerveillé par la capitale, la Seine, ses monuments, les chansons sur Paris, la Tour Eiffel… Paris, quoi !

C’est quoi l’étape d’après ? L’un de vos rêves ?

Je n’ai pas vraiment de plan de carrière. J’aime surprendre avec un beau film et j’aime faire rire. C’est tout de même l’objectif quand on est sur scène ! Mais j’avoue que j’aimerais bien un rôle pour lequel j’aurais un véritable coup de coeur à la lecture du scénario.

Vous parlez des femmes avec beaucoup de tendresse. Sont-elles un public facile ? Les trouvez-vous plus réceptives?

Elles ne sont spécialement plus réceptives mais les femmes viennent beaucoup et j’en suis ravi. Elles assistent souvent accompagnées à mon spectacle, donc le public est très hétérogène. Une chose est sûre : j’essaie toujours de les faire rire comme je faisais rire ma mère !

 

 

Touchant et sensible, entier et délicieusement imparfait, Ary Abittan sera sur scène de l’Olympia et en tournée dans toute la France avec son dernier spectacle « My Story ». Loin du cliché sur la vie rêvée des stars, il livre le témoignage drolatique d’un « guy next door », simple et universel. Chapeau bas, Mister Abittan !

Leave Your Comment

Your email address will not be published.*